Être(s) fantastique(s)

Dans cette série d’«Être(s) fantastique(s)», plusieurs éléments sont en jeu.

 

L’encre

En coopération avec l’encre et l’eau, j’essaye de combiner à la fois la qualité libre et spontanée du style xieyi et le caractère précis du style gongbi, sur un support qui n’est pas chinois.

L’encre qui se diffuse dans l’eau est pour moi une représentation visible du temps. Le fait de présenter cette texture de l’encre qui se diffuse, c’est aussi essayer de présenter un état d’être entre ce qui est stable et ce qui se transforme.

Conte chinois :

Dans des contes chinois, la frontière entre les arbres, les animaux, les vivants, les morts est flexible. Par exemple, avec la réincarnation, les humaines peuvent devenir des animaux dans une autre vie. Avec une pratique assidue du corps, de l’esprit et du qi, son énergie vitale, les animaux peuvent se transformer en humain.

 

J’aime cette vision des frontières ne sont pas si nettes que l’on croit. Quand on se croit humain et vivant, mais quand on regarde nos vies quotidiennes souvent machinales et répétitives, qu’est-ce qui prouve que nous ne sommes pas des bêtes, ou des machines, ou des morts ?

 

Ces êtes fantastiques sont-ils des animaux qui ont un pouvoir magique, qui s’humanisent en partie, comme dans des histoires chinoises ? Ou bien, c’est une échappatoire au corps humain catégorisé, médicalisé, coincé dans notre société de consommation ? A vous de voir.

Hybridation poétiquement insolite

Ce sont des êtres poétiquement insolites. Ils sont insolites, parce qu’il y a une polarité, entre le léger et le lourd, entre ce qui est stable et ce qui se transforme, entre le liquide et le solide. Parce qu’il y a une ambiguïté, les parties du corps peuvent être végétales, animales ou humaines. Selon nos humeurs, nos regards et nos envies, elles peuvent être une colonne vertébrale, des poils, des algues ou des flammes. Ils sont poétiquement insolites parce qu’ils sont fantastiques, magiques, presque naturels, viables et enviables. Dans tous les cas, ce ne sont pas des monstres maléfiques qui cherchent à effrayer et à horrifier, qui sont souvent rejetés par notre monde.

Technique support : l’encre de Chine sur papier

Dimension : 21 x 29,7 cm

 © 2020 by Liv Chang. Proudly created with Wix.com

  • Grey Facebook Icon
  • Grey Instagram Icon
  • Grey Vimeo Icon

LIV

ChanG